Le débat sur le nouveau code électoral en cours d’examen au Parlement n’a pas fini de faire couler d’encre et de salive. En dehors de l’Assemblée ou le débat se mène entre les différents camps, les députés essaient d’éclairer la lanterne de l’opinion publique à travers les médias. C’est dans ce cadre que le député Edmond Zinsou, membre du Bloc de la Majorité Parlementaire (BMP) a été invité sur l’émission « Sans langue de bois » de Soleil Fm.

Dans son intervention, le député de la 19ème circonscription électorale s’est accentué sur la question de la hausse des cautions électorales. A cet effet, il étale des raisons qui ont motivé le BMP à revoir à la hausse les montants prévus par le code électoral en vigueur. A l’en croire, la proposition de ramener la caution présidentielle à 250 millions et celle législative à 200 millions n’est pas le fruit du hasard.

Selon le député Edmond Zinsou, la première cible visée par ces montants jugés faramineux est la candidature de certaines personnes, pour qui les élections constituent un jeu, une plaisanterie  « …quand je prends les présidentielles, c’était 15 millions. Il y en a qui, passé ce cap, ne font même pas campagne. On ne les trouve plus après, alors qu’on a dépensé pour faire les bulletins de vote. Après, ils viennent disputer les places avec les vrais candidats », s’est-il indigné.

« Désormais, chacun prendra ses consultations populaires au sérieux, pour ne pas venir faire preuve d’une certaine plaisanterie, comédie… »

Honorable Edmond Zinsou

Pour lui, lorsque vous avez l’ambition de participer à une élection dans le but d’apporter un plus à votre pays, vous devez disposer du minimum, les moyens ne devraient pas être un obstacle. Même les jeunes qui estiment qu’ils sont exclus des joutes électorales à cause de la hausse des cautions, le député Edmond Zinsou s’inscrit en faux et donne la stratégie à suivre. « Je ne parle pas des plaisantins, mais nous avons toujours cohorté des jeunes lorsqu’ils ont quelque chose dans la tête. Ce n’est pas eux qui payent, c’est d’autre que le font à leur place », a-t-il affirmé.

A l’en croire, c’est aussi le moment pour les responsables de partis politique d’amener les militants à participer financièrement à la vie des partis. Le député estime que le payement des cautions ne devraient pas relever seulement de la responsabilité des chefs de partis, mais aussi des militants à la base.

Cochimau Houngbédji/Beninwebtv