La Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet) a clôturé, mardi 16 avril 2019, sa première session criminelle au titre de l’année 2019. A la clôture de ladite session, on retient que sur les 4 dossiers inscrits au rôle, c’est seulement deux dossiers qui ont pu être vidés par la Cour dirigée par le président Cyriaque Dossa. Les accusés dans les deux dossiers ont été condamnés à des peines de réclusion criminelle à perpétuité. Dans le premier dossier, l’accusé principal est l’ex greffier en chef du Tribune de Première Instance de Cotonou Abou Séïdou.

Il est condamné par défaut à la réclusion criminelle à perpétuité, en complément ses avoirs, biens et immeubles saisis. Les faits à lui reprochés sont qualifiés d’abus de confiance aggravé, d’enrichissement illicite, de vol de documents administratifs, d’abus de fonction et d’exercice illégal des activités de micro-finances. Dans le deuxième dossier, la Cour a condamné l’accusé à 15 ans de réclusion et aux frais et a prononcé la confiscation de ses avoirs se trouvant dans les livres des banques : Boa, Uba Bank, Cbao Bank et Ecobank. Ainsi, la Cour a prononcé le virement desdits  avoirs dans la caisse de consignation au profit des victimes. Rappelons que les faits mis à la charge de cet accusé sont des faits de cavalerie aggravée, d’escroquerie et d’exercice illégal des activités de micro-finances, à la manière de « Icc-Services ». Dans cette affaire d’escroquerie, plus de 600 personnes se sont déclarées victimes. Au regard des dossiers similaires dont a connaissance le parquet spécial, le procureur spécial, Gilbert Ulrich Togbonon s’est indigné en ces termes: « Le procès Icc-Services a été diffusé du 17 décembre 2018 au 7 février 2019 pour éduquer les citoyens béninois. Nous constatons avec amertume que certains de nos concitoyens ont refusé de changer de comportement. Ils ont repris dans le secteur tant public que privé les mêmes faits ». Toutefois, le parquet spécial invite les Béninois à faire montre de vigilance et de prudence, pour ne pas tomber dans les pièges des structures de tontine ou d’épargne dont les intérêts sont mirobolants.

 

Martin Aïhonnou  (Coll)

Laisser un commentaire