A la faveur de la séance plénière ayant connu de l’étude du code des investissements du mardi 29 octobre 2019, le président de l’Assemblée nationale a été saisi de l’introduction de six propositions de lois en lien avec les conclusions du dialogue politique. Parce que faisant l’objet d’une demande d’étude en procédure d’urgence, lesdites lois ont été affectées à la commission des lois qui devrait commencer par livrer ses rapports dès le jeudi 31 octobre 2019 .

Les propositions de lois portent sur:

  1. la révision de la Constitution;
  2. l’amnistie ;
  3. le statut de l’opposition 
  4. le financement des partis politiques ;
  5. la modification du Code électoral
  6.  la Charte des partis politiques au Bénin.

Tels sont les six dossiers transmis à la commission des lois pour être étudiées en procédure d’urgence puisque la plénière de  mardi 29 octobre 2019 en a décidé ainsi.
Cette diligence affichée des députés de la huitième législature vise à acter la mise en œuvre rapide des recommandations issues du dialogue politique en vue de la décrispation totale du climat politique dans le pays.

Des sources dignes de foi renseignent que les textes de lois introduits au Parlement sont d’une qualité appréciable au regard de l’objectivité et de la pertinence des réformes qu’ils proposent. C’est le cas par exemple pour la proposition de loi portant révision de la constitution où aucun pilier fondamental n’est touché dans la Constitution.

Bien au contraire le nouveau texte intègre une disposition qui règle définitivement la question liée au nombre de mandats quelque soit le cas de figure. Il prévoit également la constitutionnalisation des élections générales et une représentation raisonnable des femmes en politique.

Florent Fidèle Ahotondji

Laisser un commentaire