Le ministre d’Etat chargé du Plan et du Développement, Abdoulaye Bio Tchané, et celui de l’Energie, Dona Jean-Claude Houssou, ont procédé, ce jeudi 29 août, à l’inauguration de la centrale électrique 127 MW de Maria-Gléta 2. Un projet majeur du Programme d’action du gouvernement vient ainsi d’être concrétisé en vue de la révolution dans le secteur énergétique au Bénin.

Opérationnelle depuis quatre semaines, la centrale thermique bi-combustible (Gaz-Fioul lourd) d’une puissance de 127 MW de Maria-Gléta 2, a été inaugurée, ce jeudi par le ministre d’Etat chargé du Plan et du Développement, Abdoulaye Bio Tchané et celui en charge de l’Energie, Dona Jean-Claude Houssou.

D’un coût global de 106,8 milliards F Cfa dont 3,7 milliards financés sur le budget national, cette centrale est composée de sept moteurs Man 18 V 60 DF d’une puissance de 18,5 MW chacun, d’un poste d’évacuation de 161 KV extensible à 400 MW de capacité, d’un poste d’interconnexion au réseau Gas.

Satisfaisant les 50 % de la demande sur le plan national, elle vient révolutionner la fourniture de l’énergie électrique au Bénin qui provenait essentiellement (à plus de 90 %) du Nigeria et du Ghana à travers le réseau de la Ceb, selon le ministre de l’Energie. Il se réjouit de l’achèvement  des travaux dans le délai et surtout de la qualité de l’infrastructure, des critères sur lesquels il dit avoir veillé particulièrement en descendant régulièrement sur le chantier.
« Les fruits sont à la hauteur de l’espérance légitime de nos compatriotes (…) et ont permis à notre pays de disposer aujourd’hui de cette importante infrastructure énergétique », se réjouit aussi le ministre d’Etat, Abdoulaye Bio Tchané. Il adresse, au nom du gouvernement et du peuple béninois, sa gratitude aux bailleurs de fonds : la Banque islamique de développement (Bid), la Banque ouest-africaine de développement (Boad) et la Banque d’investissement et de développement de la Cedeao (Bidc) pour leur engagement et leur solidarité ; eux qui ont contribué au financement de la centrale à hauteur de 103,1 milliards F Cfa.

Les représentants de ces partenaires techniques et financiers ont tour à tour salué la fructueuse coopération avec le Bénin avant de réitérer la disponibilité de leurs institutions à accompagner le gouvernement dans les autres projets, notamment la construction d’autres centrales en vue d’atteindre la puissance totale de 400 MW envisagée dans le programme du gouvernement.
« C’est un pan du programme d’action du gouvernement (Pag 2016-2021) qui se concrétise pour que ‘’l’énergie soit le sang qui circule dans les veines des Béninois’’, comme le souhaite le président Patrice Talon », indique Dona Jean-Claude Houssou. Et le Bénin, poursuit-il, pourra cesser l’importation du courant électrique avec les autres projets de construction d’une nouvelle centrale de 120 MW sur le même site à Maria-Gléta et des centrales solaires par les producteurs indépendants d’énergie (Ipp) et la Société béninoise d’énergie électrique (Sbee). Aussi, le Bénin sera-t-il bientôt interconnecté au réseau des échanges d’énergie électrique ouest-africain (Eeeoa ou Wapp) et sera ainsi le point névralgique de fourniture de l’électricité, espère le ministre Dona Jean-Claude Houssou.

Assurances techniques

La centrale de Maria-Gléta 2 est conçue pour une durée de vie de 50 ans si elle est bien entretenue, selon le ministre Jean-Claude Houssou. Pour ce faire, une équipe de 55 personnes dont trois expatriés est en place pour assurer l’exploitation et la maintenance des équipements à travers la société Bwsc Bénin Sa créée le 1er janvier dernier et qui est une filiale de la société mère Bwsc Danemark. A l’en croire, l’ensemble des employés a suivi une série de formations intenses adaptées à l’exploitation d’une centrale électrique moderne du genre.
Selon Christophe Pringault de la société Burmeister & Wain Scandinavian Contractor (Bwsc), l’exploitation de l’usine se fera suivant une procédure appropriée impliquant le pilotage avec la Gestion technique centralisée (Gtc), la communication avec la Sbee, la Communauté électrique du Bénin (Ceb) et les pompiers. Quant à la gestion de la maintenance, elle se fait par ordinateur (Gmao) selon une procédure de prévention ainsi que la gestion du fonctionnement et de la consignation des équipements, du stock de pièces de rechange.

De la salle des moteurs et des transformateurs à l’atelier magasin et au bâtiment administratif en passant par le parc de stockage des carburants et des lubrifiants, les compartiments des compresseurs et des séparateurs, les radiateurs de refroidissement et le système d’incendie, la salle de commande et la station de déchargement, les standards en matière d’hygiène, de sécurité, d’environnement et de qualité sont respectés sur le site, assurent les techniciens.
A noter que les travaux ont été lancés le 27 septembre 2017 et livrés dix-huit mois plus tard, comme consigné dans le contrat. Outre la centrale qui garantit une « très bonne efficacité en termes de combustible, de maintenance et de disponibilité », au dire du directeur général de la Sbee, Laurent K. Tossou, le projet a permis le  pavage de la route Carrefour Tankpè – Maria-Gléta sur 3 km ; la construction de 24 salles de classe, d’une infirmerie et de la clôture du Ceg Houèto ; le déploiement d’un réseau électrique d’environ 25 km au profit des populations riveraines.

L’inauguration a eu lieu en présence du préfet de l’Atlantique, Jean-Claude Codjia qui a déploré l’état désastreux de la centrale construite il y a quelques années non loin du site ; des représentants du constructeur (le consortium Bwsc/Man Diesel et Turbo) qui ont remis les clés des infrastructures aux autorités béninoises ; des députés, des élus locaux et surtout des riverains du site sortis massivement pour accueillir la mise en exploitation officielle de ce joyau inédit.

Par Claude Urbain PLAGBETO (La Nation)

Laisser un commentaire