Au moins 6 morts et une quinzaine de blessés sont à déplorer dans un nouvel attentat à Mogadiscio perpétré ce dimanche. Un kamikaze a fait sauter son véhicule près d’un bâtiment officiel du centre-ville de la capitale somalienne.

L’attentat a suivi un mode opératoire des plus classiques. Un homme au volant d’un véhicule est arrivé près du bâtiment officiel de l’administration du district d’Hawlwadag, dans le centre de Mogadiscio. Les soldats stationnés à l’entrée lui ont bloqué l’accès. Le conducteur a alors actionné la bombe qu’il transportait. Personne n’a donc été surpris lorsque les islamistes shebab ont revendiqué l’attaque peu après.

La déflagration a détruit le bâtiment du district d’Hawlwada, mais aussi soufflé le toit d’une mosquée et endommagé plusieurs édifices alentour, notamment une école. Plusieurs enfants ont d’ailleurs été blessés. Mais le bilan aurait pu être plus lourd. Selon plusieurs sources, les élèves n’étaient pas à l’intérieur au moment de l’explosion.

Les attentats continuent donc à un rythme régulier alors que se pose de plus en plus la question du contrôle du territoire par l’armée somalienne. La mission africaine Amisom réduit peu à peu ses moyens. Mogadiscio assure pouvoir prendre le relais.

Mardi par exemple, l’Amisom a rendu aux Somaliens le contrôle du plus grand stade de la capitale, après l’avoir utilisé pendant 7 ans comme base militaire. Mais le symbole s’arrête là. Beaucoup estiment que l’armée nationale n’est pas prête et qu’il est trop tôt pour désengager l’Amisom, tant la menace shebab est encore forte. L’attentat d’aujourd’hui en est un nouvel exemple.

RFI

Laisser un commentaire